44ème
rencontre
nationale
des agences
d’urbanisme

15 > 17 NOV. 2023
CLERMONT-FERRAND
Partager
Pas de réorientation écologique sans recomposition culturelle des territoires

Au déni succède le vertige. Au refus de voir le monde s’effondrer – avec un climat qui s’emballe, le vivant qui s’étiole, des ressources qui s’épuisent et des inégalités qui se creusent – s’ensuit la désorientation. Redevenue vulnérable et privée  des repères forgés par la modernité, l’humanité va devoir réinventer ses manières de vivre sur terre.

Le changement global n’est pas une crise passagère. Des ajustements techniques, économiques ou sociaux isolés ne suffiront pas à retrouver « les équilibres d’antan » comme les discours sur les transitions et la résilience le laissent parfois supposer. La situation est vertigineuse parce que la réorientation écologique indispensable pour sauver l’habitation humaine de la planète promet d’être un moment historique de reconception des mondes et de réinvention de nos territoires.

C’est une profonde recomposition culturelle qu’il faut engager, si l’on entend par culture, l’ensemble des représentations et des récits, des codes et des pratiques, des valeurs et des attachements qui lient les collectifs humains à leurs milieux de vie. Cette recomposition culturelle est heureusement déjà perceptible si l’on prête attention à ses signaux faibles en matière d’agriculture, d’alimentation, de production, d’énergie, d’habitat, de mobilité, d’aménagement et d’urbanisme, de démocratie, de relations au vivant, etc. 

Du côté des sciences et de l’art, ce sont de nouvelles pensées, de nouveaux savoirs, de nouveaux récits, de nouveaux imaginaires, de nouvelles sensibilités, de nouvelles émotions, de nouvelles relations entre humains, mais aussi non humains, de nouvelles expériences de vie et de cohabitation qui sont mises en scène. D’aucuns n’hésitent pas à parler de véritable Renaissance.

L’objet de cette 44e Rencontre des agences d’urbanisme est d’aborder la réorientation écologique des territoires au travers de cette recomposition culturelle. Pendant trois jours, du mercredi 15 au vendredi 17 novembre 2023, la Comédie de Clermont-Ferrand scène nationale  sera notre refuge pour écouter, apprendre et discuter, pour enquêter, expérimenter et atterrir, pour partager et nous émouvoir, littéralement  « nous mettre en mouvement ». Conférences, débats, performances, expositions, explorations, dégustations, danse : c’est à une joyeuse expérience d’émulation « punk » et de co-habitation anthropocène au cœur du Massif central que nous vous convions.

Le programme
Mercredi 15/11
dès 14H00
Accueil, Accès à l'espace Refuge
La Comédie
16H00-19H30
Plénière d’ouverture La réorientation écologique des territoires : un enjeu culturel
La Comédie
19H30
Soirée « Les goûts du Massif central »
La Comédie 
Jeudi 16/11
9H00-17H00
Explorations Enquêtes
Grand territoire
14H00-17H00
Exploration Découverte "De la culture dans la ville, à l’urbanisme culturel : les approches sensibles et artistiques au service des territoires en transitions "
La Comédie
18H00-19H00
Ateliers sensibles Eprouver et s’engager
La Comédie
18H00-19H00
Master class " L’urbanisme face à la crise de l’habitabilité "
La Comédie
20H00
Soirée de gala « Métissage culinaire et dansé »
La Comédie
Vendredi 17/11
9H00-12H30
Plénière de clôture Cultures des territoires et de leur fabrique : des ferments de réorientation écologique
La Comédie

Les plénières

ACCULTURER PUIS ATTERRIR

Les plénières sont deux moments clés des rencontres : réunis dans la majestueuse salle Horizon de La Comédie, nous assistons et partageons une expérience d’acculturation, de transmission, de savoirs et de témoignages, de représentations et d’émotions, de dialogues et de débats. Elles constituent un commun qui nous permet d’engager les échanges durant les moments plus informels, nourrissent le sentiment de participer à une même entreprise collective lors des explorations et marquent en général de leur empreinte les souvenirs de la rencontre.

MeRcredi 15 NoveMbre / 16H00 - 19H30 / La CoMédie
Plénière d'ouverture La réorientation écologique des territoires : un enjeu culturel
Plénière d'ouverture <span>La réorientation écologique des territoires : un enjeu culturel                                 </span>

Le changement global menace la viabilité terrestre. Il accroit la vulnérabilité de nos espaces de vie et interroge nos modèles et certitudes, nos manières de faire les villes et territoires. La réorientation écologique à mettre en œuvre pour faire face à ce défi existentiel est scientifique, technique, politique, sociale, mais plus fondamentalement encore, culturelle. Par culture, il ne faut pas simplement entendre les politiques culturelles et pratiques artistiques – qui ont bien sûr leur rôle à jouer – mais la culture au sens anthropologique du terme, cet ensemble de codes et de valeurs qui détermine notre rapport au monde, qui nous lie les uns aux autres, humains et non humains, qui façonne des régimes de cohabitation propres à chaque société. Pour recomposer notre culture moderne, en particulier dans le champ de l’aménagement et de l’urbanisme et répondre aux enjeux anthropocènes, suffit-il de produire et diffuser des connaissances sur le changement climatique et l’effondrement de la biodiversité ? Doit-on recourir aux arts et à la culture pour créer et expérimenter de nouvelles formes de cohabitation, pour amender nos représentations, imaginaires et sensibilités, pour reconsidérer le vivant et inventer de nouveaux modèles de « développement » ? Quels chemins intellectuels, émotionnels, relationnels, acteurs territoriaux que nous sommes, devons-nous oser emprunter pour amender nos expertises et nos pratiques ? Quels ressorts activer pour contribuer à édifier des villes et territoires plus écologiques et hospitaliers?

Pour comprendre et s’émouvoir avant de se mettre en mouvement, PERFORMANCES, INTERVENTIONS, DIALOGUES avec :

Grégory Bernard, président de l’agence d’urbanisme Clermont Massif central et Céline Bréant, directrice de la Comédie de Clermont-Ferrand, scène nationale nous accueillent pour ouvrir officiellement la 44ème Rencontre nationale des agences d’urbanisme à Clermont-Ferrand.

Michel Lussault, professeur à l’Ecole Nationale Supérieure de Lyon et président du conseil scientifique de La cité anthropocène
Philippe Chiambaretta, architecte, fondateur de l’agence PCA-STREAM

 #Sur les régimes de savoir et d’action face au défi anthropocène

Frank Micheletti, chorégraphe, directeur artistique de Kubilai Khan Investigations
Joanne Leighton, chorégraphe, directrice du WLDN
Emmanuelle Lallement, anthropologue,  professeure des universités à l’Institut d’Etudes Européennes de Paris 8

#Sur l’art et la culture pour éprouver de nouvelles formes de cohabitation

Joëlle Zask, philosophe, maître de conférences HDR au département de philosophie de l’université Aix-Marseille. 
Jean-François Caron, politique, président de la Fabrique des transitions

#Sur l’expérience démocratique de réorientation écologique des territoires

Olivier Bianchi, maire de Clermont-Ferrand et président de Clermont Auvergne Métropole et Le/la Président.e de la FNAU

#Sur la rencontre de l’urbanisme et de la culture, de Clermont Massif central et de la FNAU, à l’heure des transitions

VENdredi 17 NoveMbre / 9H00 - 12H30 / La CoMédie
Plénière de clôture Cultures des territoires et de leur fabrique : des ferments de réorientation écologique
Plénière de clôture <span>Cultures des territoires et de leur fabrique : des ferments de réorientation écologique</span>

Après l’acculturation aux conditions anthropocènes d’habitation terrestre, après le travail d’enquête pour repérer les indices de réorientation écologique déjà à l’œuvre en situation, il faut atterrir et commencer à décrire la recomposition culturelle engagée dans les territoires et les « métiers » de l’urbanisme et de l’aménagement. Recomposition culturelle que notre rencontre vise à « accueillir » en en faisant l’expérience, cognitive, sensible et relationnelle.

Pour consolider la mise en mouvement et réorienter nos fabriques territoriales, PERFORMANCES, DIALOGUES et INTERVENTIONS avec :

Frank Micheletti, chorégraphe et Aline Lopez, danseuse 
Les élèves danseurs du Conservatoire à Rayonnement Régional Emmanuel Chabrier 
Stéphane Cordobes, géographe, directeur général de l’agence d’urbanisme Clermont Massif central

#Sur la rencontre des agences d’urbanisme comme expérience de recomposition culturelle anthropocène

Simon Teyssou, architecte, grand prix d’urbanisme 2023, directeur de l’Ecole nationale supérieure d’architecture de Clermont-Ferrand
Maud Le Floc’h, urbaniste culturelle, directrice et fondatrice du POLAU-pôle arts & urbanisme
Laurent Lelli, géographe, directeur du campus AgroParisTech de Clermont-Ferrand 
Valérie Martin, économiste de l’environnement, cheffe du service Mobilisation Citoyenne et Médias (ADEME)

#Sur le levier culturel pour réorienter la fabrique urbaine et territoriale

Olivier Bianchi, maire de Clermont-Ferrand et président de Clermont Auvergne Métropole
Michaël Delafosse, maire de Montpellier et président de Montpellier Méditerranée Métropole (sous réserve) 
Nicolas Mayer-Rossignol, maire de Rouen et président de Rouen Normandie Métropole
Yann Galut, maire de Bourges (sous réserve)

#Sur les projets territoriaux de « capitale culturelle » pour accélérer la bifurcation écologique

Hélène Fernandez, directrice, adjointe au directeur général des patrimoines et de l’architecture, chargée de l’architecture
Philippe Mazenc, directeur général à la DGALN
Christine Leconte, Présidente du conseil national de l’Ordre des architectes
Grégory Bernard, président de l’agence d’urbanisme Clermont Massif central

#Sur le tournant écologique de la culture de l’urbanisme et de l’architecture

Patrice Vergriete, Ministre délégué auprès du ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires, chargé du Logement

#Sur le logement, un enjeu clé de la transition

Grégory Bernard, président de l’agence d’urbanisme Clermont Massif central et le/la Président.e de la FNAU avec l’ensemble des contributeurs à la 44eme Rencontre, closent cette édition et passent le témoin pour celle de 2024.

Les explorations

ENQUETER

ExploratioNs “ENquêtes”

Le jeudi 16 novembre – de 9H00 à 17H00, par groupe de 40 personnes – sur inscription.

Départs de Clermont-Ferrand entre 8h et 8h30 (transfert aller/retour des participants en car, bus ou tramway selon les explorations).
Retour à la Comédie prévu à 17h30. 

Embarquez  pour l’une des 9 explorations « enquêtes » proposées dans la métropole clermontoise ou ses environs. Chaque exploration est une invitation à mener l’enquête, à détecter et qualifier les indices de la recomposition culturelle liée à la réorientation écologique en cours et à énoncer collectivement de nouveaux repères pour demain. Elles croisent visites de terrain, rencontres d’acteurs locaux, réflexions à partir de savoirs et de retours d’expériences issus d’autres territoires.

1. Pas de transition écologique sans cohésion sociale : le rôle de l’action culturelle

Lieu : Thiers

Relever les défis écologiques exige d’impulser des transformations sociétales de fond, de tracer de nouvelles perspectives collectives et de libérer les capacités d’innovation et d’action locales. De nombreux territoires placent les enjeux d’appropriation des avenirs possibles – ou plus largement les enjeux de vivre-ensemble – au cœur de leurs politiques de transitions, en s’appuyant en premier lieu sur des actions culturelles. Comment les actions et évènements culturels peuvent-ils accélérer la transformation écologique des territoires et des esprits ? A travers un parcours de lieux en lieux au cœur de Thiers, un atelier immersif où le théâtre permettra aux participants de concevoir ensemble des solutions alternatives, et un temps de débat avec des acteurs culturels de la transition écologique à la Médiathèque Entre Dore et Allier, soyez vous-aussi, acteur de ce grand défi.

Intervenants confirmés : Les guêpes rouges Théâtre – Yannick HASCOUET, maître de conférence, Avignon Université – Jean-Christophe LACAS, directeur de la médiathèque Entre Dore et Allier, Lezoux – Caroline DALET, directrice de l’Orangerie centre social intercommunal Ville de Thiers – Marie-France MARMY, adjointe au Maire de Lezoux, 2e Vice-Présidente en charge de la Culture et de la Communication de la communauté de commune Entre Dore et Allier

2. Projets industriels en( )quête de transition écologique : investir ses héritages culturels pour mieux produire demain

Lieu : Clermont-Ferrand

Au-delà de la modernisation des outils de production, la décarbonation de l’industrie demande à transformer notre vision du développement économique et à réinterroger le « grand récit de l’attractivité ». Il est désormais nécessaire d’adopter une véritable logique de mutation et de transmission trouvant ses sources dans les héritages industriels. Quelles relations des entreprises industrielles avec leur territoire ? Quelle anticipation et adaptation des métiers et des compétences ? Comment les cultures industrielles sont-elles susceptibles d’évoluer pour s’engager dans la transition écologique et réenchanter le développement local ? Au travers d’une déambulation autour du site industriel historique de Cataroux Michelin et de multiples témoignages révélant différentes facettes de l’évolution des modèles socio-productifs, il s’agira d’identifier dans quelles mesures prendre appui sur les territoires et leurs acteurs pour concilier réindustrialisation et sobriété.

Intervenants confirmés : Caroline GRANIER, cheffe de projet, La Fabrique de l’industrie – Corine VEDRINE, socio-anthropologue, École nationale supérieure d’architecture de Lyon – Yoann DHOME, directeur, Hall 32 – Jean-Philippe OLLIER, directeur du programme parc Cataroux, Michelin – Pierre ROBERT, responsable du pôle des matériaux durables, Michelin – Jean-Paul CHIOCCHETTI, responsable du quartier des Pistes, Clermont-Ferrand,  Michelin – Emmanuel OUDOT, directeur de la Culture et du Patrimoine, Pays de Montbéliard Agglomération – directeur de projet « Pays de Montbéliard Agglomération – Capitale Française de la Culture 2024 » – Membres de la CGT – Membres de la CFDT Michelin.

3. Patrimoine bâti, patrimoine paysager, résilience et neutralité carbone… est-ce UNESCO-mpatible ? La symbolique urbaine source des transitions ?

Lieu : Vichy

Les impératifs environnementaux auxquels sont soumis les territoires appellent à multiplier les initiatives et projets susceptibles de modérer la trajectoire climatique. En une génération, il s’agit de rénover l’ensemble du parc de logements, réhabiliter les équipements, planter des milliers d’arbres, renaturer des dizaines d’hectares, ou encore produire de l’énergie décarbonée… En quoi la symbolique urbaine d’une ville thermale classée au patrimoine mondial de l’Unesco telle que Vichy revêt un cadre d’opportunité unique pour fédérer les initiatives et faire culture commune ? Plus largement, comment nos patrimoines s’illustrent comme témoins d’un récit collectif des transitions ?

Intervenants confirmés : Caroline BARDOT, vice-présidente transition écologique et énergétique, Vichy Communauté – Magaly SIMON, responsable du programme “Action Cœur de ville”, Action Logement – Gilles DA COSTA, directeur régional, Action Logement – Nadia MONKACHI, directrice habitat, population et modes de vie, Agence d’urbanisme Strasbourg (ADEUS) – Isabel CLAUS, ingénieure-paysagiste – Anke MATTHYS, coordinateur local du site patrimoine mondial « Grandes villes d’eaux d’Europe », Ville de Vichy –  Guillaume PRAPANT, architecte des Bâtiments de France et chef de l’Udap de l’Allier – Claire VIALLEFONT, directrice du projet de ville, Ville de Vichy – Carlos GONCALVES , associé gérant, Axe Saône – EDF et EDF renouvelables

4. Maisons loquaces - l’habitat vernaculaire a des choses à dire en matière de transition !

Lieu : Aubière

Quelles recettes nos vieilles pierres peuvent-elles offrir pour passer le cap des transitions écologique, énergétique, sociale, générationnelle, démocratique et d’adaptation au changement climatique ? Où se cachent les ingrédients ? L’habitat traditionnel peut-il être réinvesti ? Quels sont ses atouts pour les transitions d’ici ? En quoi est-il inspirant pour d’autres territoires ? Le cas des maisons vigneronnes d’Aubière, haut-lieu viticole puydômois jusqu’à la fin du XIXème siècle, ouvrira la conversation sur nos modes d’habiter, ancestraux et à venir. Au menu de la journée : déambulation , conversations et dégustation !

Intervenants confirmés : Simon TEYSSOU, architecte-urbaniste, directeur de l’Ecole nationale supérieure d’architecture de Clermont-Ferrand et Grand Prix de l’Urbanisme 2023 – Alexandre LETORT, prévisionniste, fondateur de Météovergne – Diane DEBOAISNE, architecte-conseil DPLG, CAUE du Puy-de-Dôme – Association pour la Sauvegarde des Caves d’Aubière (ASCA) – Catherine CARTON, chargée de mission candidature Label Pays d’Art et d’Histoire, Clermont Auvergne Métropole –  David BLONDELLE, jardinier, CCAS Aubière – Fernand RIBEIRO, architecte DPLG, Architecture Bioclimatique Auvergne, architecte-conseil, CAUE 03.

5. Territoires en cure : comment la culture du soin peut infuser l’urbanisme ?

Lieu : Châtel-Guyon

Le développement des maladies non transmissibles, des maladies chroniques, l’apparition des zoonoses à l’échelle mondiale, l’intérêt porté aux questions de santé mentale ou encore les répétitions d’épisodes caniculaires, nous obligent à considérer la manière dont notre environnement influe sur notre santé. C’est le principe de l’approche « One Health », qui permet de penser la santé à l’interface entre animaux, êtres humains et environnement. Comment faire pour que ce principe soit intégré aux politiques publiques ? Quelles méthodes et quels outils sont à mobiliser ?
Au cœur d’une station thermale, une balade sonore et sensorielle menée par un groupe d’artistes, des ateliers, des présentations d’outils et de méthodes mobilisées par les agences autour de la santé, vous connecteront à vos sens et guideront votre réflexion sur la manière dont les agences d’urbanisme peuvent se saisir des enjeux de santé publique, au bénéfice du bien-être des populations et des territoires.

Intervenants confirmés : Ici Même  [Gr.] – Sandrine BABONNEAU, chargée d’études référente Urbanisme et Santé, Agence d’urbanisme et de développement de la région Flandre-Dunkerque (AGUR) – Mathieu BENOIT, architecte-urbaniste, Agence d’urbanisme et de développement de la région Flandre-Dunkerque (AGUR) – Olga BRAOUDAKIS, chargée d’études / référente santé,  Agence d’urbanisme de la région Grenobloise (AURG) – Vincent CHALLET, chargé de mission, Union départementale des CCAS (UDCCAS).

6. Quand la sobriété bouscule nos modes de vi(ll)e & nos mobilités

Lieu : Clermont-Ferrand

Le XXème siècle a pensé l’aménagement des villes et des transports dans un contexte d’abondance du foncier, de l’énergie et de croissance de la demande de déplacements. Face à cet héritage, la réponse à donner aux enjeux d’aujourd’hui, qu’ils soient climatiques, énergétiques ou sociaux suppose une double révolution pour les acteurs de la fabrique de la ville. Il s’agit tout autant de modifier les fondements de notre culture « matérielle » que d’inventer de nouveaux modes de faire. Qui sont aujourd’hui les acteurs et les actrices qui insufflent cette nouvelle culture ? Comment changer l’état d’esprit de l’urbanisme, et la « culture métiers » de ses chercheur.euse.s et de ses praticien.ne.s ? Comment éviter les écueils de l’approche technicienne et tenir compte du vécu des habitants et usagers des territoires ? A quoi pourrait ressembler un plan d’urbanisme en 2050 ? Ce parcours aux franges de la ville, à travers des zones en profonde mutation, ouvrira différents axes de réflexions sur l’avenir de nos villes.  

Intervenants confirmés : Grégory BERNARD, président de l’Agence d’Urbanisme Clermont Massif central – Denis FRAYSSE, chargé d’opération en aménagement d’espace public, Clermont Auvergne Métropole – Amandine HERNANDEZ, cofondatrice de Villes vivantes – Jean-Yves BECHLER, directeur, Syndicat Mixte des Transports en Commun de l’agglomération clermontoise – Romain SARRY, responsable de projets, SPL Clermont-Auvergne – Tom DUBOIS, responsable communication, média, relations publiques et porte-parole, Forum Vie Mobile.

7. Culture et prospective des risques : Penser nos résiliences à l'heure de l'anthropocène

Lieu : Aubière

Le risque, c’est la concurrence entre un aléa – évènement « indésirable » – et une vulnérabilité – enjeux susceptibles d’être impactés par l’aléas. A l’heure de l’anthropocène, nous pouvons faire l’hypothèse du passage d’un monde d’aléas « plutôt prévisibles » à un monde où « l’impossible devient certain ». Comment réinterroger notre culture du risque, dans tous les sens du terme : connaissance et mémoire des risques, capacité à se représenter et percevoir les risques émergents et à regarder en face la vulnérabilité des territoires, renforcer notre résilience et la solidarité pour faire face aux crises et se relever des catastrophes, … ? L’exploration combine interventions, interpellation des acteurs locaux du risque et mise en situation par l’imaginaire à travers un jeu sérieux, une table ronde et l’élaboration d’un transect pour explorer les traces des risques et catastrophes potentielles au fil de la rivière Artière. 

Intervenants confirmés :  Stéphane CUBIZOLLES, chef du Groupement Prévision des Risques, S.D.I.S. Puy-de-Dôme – Geoffrey PRIOLET, chef de service, Direction départementale des Territoires – Didier LAPORTE, directeur de recherche, CNRS et directeur du Laboratoire Magmas & Volcans – RTE Réseau de Transport et d’Electricité 

8. Quartiers et Lieux culturels et créatifs, laboratoires de transitions grandeur nature?

Lieu : Clermont-Ferrand

Les quartiers et lieux culturels et créatifs constituent des espaces hybrides d’effervescence, regroupant des écosystèmes fertiles et agiles, en avant-poste des transitions urbaines, écologiques, mais également sociales. Telles des plantes pionnières, vivantes et productives, ces espaces constituent ainsi des lieux privilégiés de portage et d’interpellation des grandes mutations de notre société. Au travers d’un cheminement dans le centre historique rythmé par des témoignages d’acteurs de terrain et d’experts, il s’agira de récolter des indices sur la capacité de ces quartiers et lieux culturels et créatifs, à coopérer (faire ensemble), ancrer (faire territoire) et diffuser (faire écosystème) dans une perspective de redirection écologique.

Intervenants confirmés : Marc DROUET, directeur, Direction Régionale des Affaires Culturelles Auvergne-Rhône-Alpes – Raphaël BESSON, enseignant chercheur, laboratoire PACTE, Grenoble – Hélène AUDIBERT, adjointe au maire, Rénovation urbaine, Toulon – Julien CARBONE, directeur du Port des Créateurs, Toulon – Alexandre CUBIZOLLES, co-directeur artistique, compagnie PIXEL 13 – Patricia PELLOUX, directrice adjointe, Atelier parisien d’urbanisme (APUR) – Nathalie BRUANT, chargée de Mission Métropole, Agence d’urbanisme de l’agglomération marseillaise (AGAM) – Mélanie VILLENET-HAMEL, cheffe de projet Grand Bibliothèque, Clermont Auvergne Métropole – Philippe EYDIEU, projets, programmation, partenariats, facilitateur pour la Coopérative de recherche, École supérieure d’art de Clermont Métropole – Nathalie MIEL, directrice, Le DAMIER, Clermont-Ferrand. 

9. Culture alimentaire et transition écologique : comment aborder l'alimentation comme un fait culturel revisitant nos marqueurs politiques, économiques, sociaux, sanitaires, territoriaux ?

Lieu : Saint-Beauzire / Gerzat

Au-delà du besoin biologique, l’alimentation est un fait culturel qui imprègne nos quotidiens, dans nos paysages, dans nos assiettes, dans notre corps, dans nos souvenirs… Les défis à relever sont nombreux et il faudra convoquer plus d’un modèle pour parvenir à changer nos pratiques sans détruire nos cultures alimentaires. Après une matinée consacrée à observer deux modèles de productions agricoles différents, le repas sera l’occasion d’aborder de façon ludique et pédagogique plaisir et santé que procure la nourriture. La table à palabres de l’après-midi permettra de poursuivre les discussions en profitant de l’expertise des intervenants et d’explorer les marqueurs émotionnels, symboliques, sociaux, économiques, politiques, écologiques… de l’alimentation d’aujourd’hui et de demain. Ainsi nous pourrons explorer la définition de la culture de Clair MICHALON : comment trouvons-nous ensemble des solutions pour répondre aux défis de notre civilisation ?

Intervenants confirmés : Maud ROBERT, responsable Relations Territoriales, Limagrain – Clémence REBOURG, doctorante INRAE, Clermont-Ferrand – Marie BONIN, directrice EBE Jardins Solidaires, Gerzat – Thierry BOUTONNIER, artiste plasticien – Boris TAVERNIER, délégué général VRAC (Vers un Réseau d’Achat en Commun) – Marie WALSER, chargée de mission, chaire UNESCO Alimentation du monde – Philippe METAIS, GRDF délégué territorial Clermont Auvergne – Delphine FAUCON, coordinatrice de développement territorial participatif & éducatif au CRESNA.

ExploratioN “Découverte”

De la culture dans la ville, à l’urbanisme culturel : les approches sensibles et artistiques au service des territoires en transitions 

Le jeudi 16 novembre à Clermont-Ferrand – de 9H00 à 17H00,  sur inscription.

Quels rapports aux approches artistiques et sensibles une ville peut-elle cultiver ? Comment ces rapports combinés les uns aux autres peuvent-ils faire levier sur notre capacité à nous réinventer et à agir collectivement pour la réorientation écologique ?

À travers un arpentage libre de la butte clermontoise et la découverte d’une sélection d’expositions faisant écho au thème central de la 44e Rencontre, la matinée questionnera les notions de patrimoine et de diffusion artistique et culturelle au sein de nos villes en transition.s 

Sous forme d’assemblée questionnante et participante, de conférences courtes, retours d’expérience, à l’écoute des prises de parole d’acteurs d’horizons différents, l’après-midi mettra plus spécifiquement en scène une réflexion sur la place et les apports des démarches d’urbanisme culturel, en contexte de réorientation écologique, depuis leur utilisation au service de la médiation jusqu’à la co-construction de projets urbains.

Comment les démarches et lieux de recherche et de création artistiques contribuent-ils à activer les interdépendances nécessaires à la réorientation écologique ? Dans quelles mesures peuvent-ils être vus comme des moyens de transformation des représentations et de la décision collective ? Quels potentiels pour les agences et leurs adhérents ?

Interventions :
ICI MÊME [Gr.]
Académie de l’urbanisme culturel – POLAU
Maud Le Floc’h et Amandine Le Corre –  POLAU
Paul Chantereau –  Rural Combo / La Preuve par 7
Lou Herrmann – docteure en urbanisme, dessinatrice
Agence d’urbanisme et de développement Pays de St Omer
Agence d’urbanisme de la région stéphanoise EPURES
Agence d’urbanisme Clermont Massif central AUCM

Les ateliers sensibles et master class

EPROUVER ET S’ENGAGER

En nous retrouvant à la Comédie scène nationale et fort de la conviction que le changement global concerne nos corps et sensibilités, s’est imposée l’idée de proposer des ateliers sensibles pour véritablement éprouver la situation et  assimiler des chorégraphies susceptibles de changer nos postures et notre rapport au monde. S’attacher à ces dimensions sensibles ne saurait pour autant nous exonérer d’une réflexion sur les métiers de l’urbanisme et de l’aménagement convoqués par la réorientation écologique et condamnés à se réinventer.

Jeudi 16 NoveMbre / 18H00-19H00 / La CoMédie 
« Satellites of dance » Kubilaï Khan Investigations
« Satellites of dance » <span>Kubilaï Khan Investigations</span>

En préambule de la soirée “Métissage culinaire et dansé”, les danseurs de Kubilaï Khan Investigations invitent à la rencontre collective des corps et de l’environnement par la danse. Les corps se mettent en mouvement et des complices/ambassadeurs de bal se forment, ils guideront la danse durant la soirée. 

Jeudi 16 NoveMbre / 18H00-19H00 / La CoMédie 
« Les Veilleurs » Joanne Leighton
« Les Veilleurs » <span>Joanne Leighton</span>

Développer une conscience de son propre corps, de ses pensées, de ses sentiments et de son environnement par la mise en situation de veille et de concentration. Une séance animée par les danseurs de la chorégraphe/danseuse Joanne Leighton, créatrice du cycle des Veilleurs. Avec la participation des élèves du Conservatoire à rayonnement régional de Clermont-Ferrand section danse.

JEUDI 16 NOVEMBRE / 18H00-19H00 / LA COMÉDIE
« L’urbanisme face à la crise de l’habitabilité » Michel Lussault
« L’urbanisme face à la crise de l’habitabilité » <span>Michel Lussault</span>

Avec l’école urbaine de Lyon, Michel Lussault a dirigé pendant six ans un programme de recherche, de débat public, de formation et d’expérimentation sur l’anthropocène et les mondes urbains, sans équivalent en France. Quelles leçons en tire-t-il pour repenser les métiers de l’urbanisme et de l’aménagement et les adapter à la situation de vulnérabilité grandissante de nos espaces de cohabitation ?
Master class de Michel Lussault – géographe, professeur à l’ENS Lyon et président du conseil scientifique de La cité anthropocène
Discutant : Stéphane Cordobes – géographe, directeur général de l’agence d’urbanisme Clermont Massif central

Les soirées

PARTAGER

Les soirées sont des moments forts de liberté où l’on brise la glace, où l’on sort des places attitrées, où l’on partage une expérience sensible et où l’on scelle des liens. Toujours à la Comédie transfigurée, les deux soirées forcent cette intention en la teintant d’un supplément d’âme militant : faire corps culinairement avec les métissages qui ont formé le territoire clermontois , danser aux rythmes cosmopolites d’une terre qui gronde et de terrestres qui se mobilisent.

MERCREDI 15 NOVEMBRE / 19H30 / LA COMÉDIE
Soirée « Les goûts du Massif central »
Soirée <span>« Les goûts du Massif central »</br></span>

S’immerger dans le Massif central en dégustant ses mets. Frédéric Coursol – associé au restaurant Les Grandes Tables de la Comédie – est connu pour sa sensibilité aux cultures et savoirs alimentaires locaux qu’il contribue à transmettre et à diffuser. Le Massif central n’est en effet pas avare de mets : avec son agriculture, son maraîchage, sa fruiticulture, ses élevages, ses nombreuses possibilités de cueillette, ses artisanats de bouche.

Le chef valorise les meilleures productions agricoles, fermières et viticoles du territoire. Pourtant, s’il s’inspire bien de ses traditions culinaires, il échappe au piège d’un respect trop figé en ajoutant les touches de créativité et d’originalité qui font de son travail un art vivant.

Pour les plus aventureux, au sortir de la Comédie, une invitation à poursuivre la découverte et à arpenter  un Clermont nocturne qui cache bien son jeu. Avec carte et pistes à suivre selon les tropismes de chacun.

Jeudi 16 NoveMbre / 20H00 / La CoMédie
Soirée de Gala « Métissage culinaire et dansé »
Soirée de Gala <span>« Métissage culinaire et dansé »</span>

Les territoires sont faits de rencontres, de croisement, d’hybridation. Pas une culture locale qui ne porte les traces de ces échanges qui l’ont nourrie et faite évoluer, des métissages qui l’ont enrichie.

Le Massif central n’échappe pas à la règle et ce sont ces dons et héritages cosmopolites que nous mettrons en scène durant cette soirée de gala conçue avec l’association l’Étonnant Festin : un banquet-marché de nuit qui se déploie par-delà les frontières, autour d’échoppes du Clermont venu d’ailleurs. 

De ce voyage culinaire, à l’attachement physique qui nous lie à une même planète menacée par le changement global, il n’y a qu’un pas. Un pas de danse que Frank Micheletti et sa compagnie Kubilai Khan Investigations nous invitent à faire. Le DJ et ses danseurs libéreront l’énergie musicale des scènes africaines contemporaines et nous mettrons en mouvement pour vivre un moment de transe et éprouver notre condition terrestre commune.

Inscription

Composez votre parcours au sein des temps forts du programme :

Pour toutes questions, conseils, ou si vous rencontrez des difficultés pour vous inscrire, contactez-nous  : fnau44@aucm.fr / 04.73.17.48.15

Infos pratiques

Réservation d’hôtels
Le mois de novembre étant une période riche en programmations événementielles à Clermont-Ferrand, nous vous recommandons de réserver votre solution d’hébergement le plus tôt possible sur la plateforme de réservation Clermont Auvergne Tourisme.

Réserver un hôtel

Venir à Clermont-Ferrand
En train : www.sncf-connect.com
La gare SNCF de Clermont-Ferrand est située avenue de l’Union Soviétique, à 15 minutes de la Comédie en transports en commun (Bus Lignes 4 et B) et à 25 minutes de marche.

En bus (Flixbus, Blablacar Bus)
La gare routière de Clermont-Ferrand est située place Gambetta-Les Salins, à 250m de la Comédie.
Visiter Clermont-Ferrand et ses lieux incontournables : www.clermontauvergnetourisme.com

Rejoindre La Comédie de Clermont-Ferrand
69 boulevard François Mitterrand – 63 000 Clermont-Ferrand
En tramway : ligne A – arrêt “Maison de la culture”
En bus : ligne B, 4, 8 et 13 – arrêt “Maison de la culture”
> www.t2c.fr
À  vélo : 4 stations de C.Vélo aux alentours de la gare SNCF.
> www.c-velo.fr

Les organisateurs

AUCM

L’Agence d’Urbanisme Clermont Massif central est une association créée en 1998. Depuis un quart de siècle, elle réalise des travaux d’observation, de prospective, d’études et accompagne ses adhérents dans la conception, le déploiement et l’évaluation de projets, de stratégies et de plans, urbains et territoriaux.

L’Agence est aujourd’hui présidée par Grégory Bernard, conseiller métropolitain et adjoint au maire de Clermont-Ferrand en charge de l’urbanisme et de l’habitat, et dirigée par Stéphane Cordobes, géographe, spécialiste des questions anthropocènes. Elle réunit environ 25 collaborateurs fortement impliqués sur les questions urbaines et territoriales.

L’AUCM organise pour la première fois la rencontre nationale des agences d’urbanisme avec la Fédération nationale (FNAU), à La Comédie de Clermont-Ferrand scène nationale. Le thème de cette 44ème rencontre fera écho à un des axes prioritaires du programme de travail 2023-2024 de l’Agence « Cultures, territoires et réorientation écologique » et au projet de Capitale européenne de la Culture porté par la ville de Clermont-Ferrand, Clermont Auvergne Métropole et l’association Clermont-Ferrand Massif central 2028.

Fédération nationale des agences d'urbanisme

La FNAU est une association qui joue un rôle moteur dans les territoires en animant le réseau des 50 agences d’urbanisme. La FNAU rassemble à la fois des élus et plus de 1 700 professionnels qui travaillent au sein des agences. Elle favorise les échanges d’expérience, l’organisation d’événements, la formation et les projets collectifs.

La FNAU travaille en lien étroit avec les associations de collectivités, les ministères et les têtes de réseau au niveau national et international pour promouvoir le modèle « agence d’urbanisme » et contribuer aux débats sur la ville et les territoires. Elle est présidée par Patrice Vergriete, président de la communauté urbaine et maire de Dunkerque. Le Bureau de la FNAU rassemble des élus et reflète la diversité des agences. L’équipe technique de la FNAU travaille en lien constant avec les élus du bureau, les directeurs et directrices, les équipes des agences et les acteurs nationaux.

Depuis 1980, la FNAU organise un grand rendez-vous annuel destiné aux responsables politiques, aux professionnels (élus, aménageurs publics et privés, urbanistes, architectes, chercheurs…) et à tous ceux qui sont intéressés par l’évolution et les dynamiques des villes et des territoires. Cette rencontre nationale s’établit chaque année dans un territoire différent, durant trois jours, autour d’une problématique proposée par l’agence organisatrice

Les partenaires